Назад

Les deux destins de Zénaïde Serebriakova

samedi
17 juin
Moscou
Les deux destins de Zénaïde Serebriakova
samedi
17 juin
Moscou
« Les deux destins de Zénaïde Serebriakova » est une conférence consacrée à l’œuvre pictural de la célèbre artiste russe d’origine française. Actuellement Serebriakova est l’une des artistes russes les plus cotées sur le marché mondial des œuvres d’art.   Madame Starovoytova, experte en tableaux russes de l’Ecole de Paris qui a passé plusieurs années à étudier la collection Serebriakov à Paris, animera cette conférence. Elle est également l’auteure de l’article « Carnets de paysages » dans le catalogue de l’exposition rétrospective de Serebriakova  qui se tient du 05.04 au 30.07. 2017 à la Galerie Tretiakov. Zénaïde Serebriakova, née Lanceray le 12 décembre 1884 morte à Paris, en 1967. Elle obtient une large reconnaissance publique avec l'autoportrait à la table de toilette (1909). À l'automne de 1924, Zénaïde est à Paris, après avoir reçu une commission pour une grande fresque décorative. Sa mère et ses deux enfants sont restés en Russie, les deux cadets rejoignent leur mère à Paris. Pendant la période française Serebryakova voyage beaucoup. Elle va en Afrique, et explore le Maroc et l'Atlas. Elle est surtout appréciée grâce à ses nues, peintes d’après les commandes. En 1947, Zénaïde prend la nationalité française, et ce n’est qu’avec le « dégel » sous Khrouchtchev que le gouvernement soviétique lui permet de reprendre contact avec sa famille en Russie. Zénaïde voit ses œuvres exposées à la Galerie Trétyakov, en Russie,  en 1966. Mais, jusqu’à nos jours rares sont ceux qui ont pu visiter l’atelier de Serebriakova à Paris, où sa fille Catherine conservait pendant plus d’une demi-siècle les œuvres de sa mère. Ce n’est que depuis trois ans, grâce aux expositions organisées par la Galerie Tretiakov, que le public russe découvre petit à petit les ouvres de l’artiste créées en émigration