Sélectionnez votre ville

Назад

Kaléidoscope du cinéma français contemporain

24 janvier 2024 — 18 avril 2024
Saint-Pétersbourg
Cinéma
Nevski pr., 12, Médiathèque de l'Institut français (3-ième étage)
Kaléidoscope du cinéma français contemporain
24 janvier 2024 — 18 avril 2024
Saint-Pétersbourg

L'année prochaine marquera le 130ème anniversaire de la première séance publique de cinéma qui a eu lieu à Paris, au Grand café du Boulevard des Capucines.

Depuis, le cinéma français continue d'attirer l'attention du large public. Cette année, nous avons préparé une sélection de films, dans laquelle tout le monde trouvera certainement le sujet à son goût: l'amitié touchante et la beauté de la danse, la nature fascinante, et, bien sûr, l'amour. L'affiche présente des scénarios originaux, des adaptations des romans, des dynasties d'acteurs, des films de femmes-réalisatrices, des œuvres d'acteurs célèbres et des débuts cinématographiques.

Caméra! Moteur!

Mercredi 24 janvier à 18h30

en français sous-titré en français

 

Envole-moi, 2021, 91 min.

Réalisé par Christophe Barratier

Avec Victor Belmondo, Yoann Eloundou, Gérard Lanvin

Tout commence comme dans les films classiques de Belmondo: un garage percuté, une voiture qui tombe dans la piscine et l'un des personnages principaux est un play-boy nonchalant. Mais l'histoire est plus profonde, dans l'esprit du film déjà culte « Les Intouchables». Le père (Gérard Lanvin), lassé du comportement de son fils (Victor Belmondo, petit-fils de Jean-Paul Belmondo), lui impose le choix: poursuivre la vie insouciante, mais à ses propres frais ou commencer à prendre soin de Marcus (Yoann Eloundou), âgé de 12 ans. Dans la vie de Marcus, gravement malade, il n'y a qu'une maison et un hôpital. Victor choisit la deuxième variante, ce qui a marqué le début d'une grande amitié qui a complètement changé la vie des deux. Une histoire particulièrement touchante, plus comique que mélodramatique, créant une atmosphère chaleureuse.

Jeudi 8 février à 18h30

en français sous-titré en français

 

 

En corps, 2022, 117 min.

Réalisé par Cédric Klapisch

Avec Marion Barbeau, Hofesh Schechter

Quoi qu'il en soit, il n'est jamais trop tard pour recommencer sa vie. Tel pourrait être le slogan de ce film de Cédric Klapisch.

Le réalisateur a entrepris la préparation du film avec l’idée qu’il voulait de vrais danseurs qui jouent la comédie et non des acteurs qui dansent. La talentueuse danseuse de ballet Elise se blesse lors d'une performance et apprend qu'elle ne pourra plus danser. Qu'est-ce qui a causé l'accident? Et comment vivre, si le ballet est toute la vie? Mais les amis sont avec nous pour soutenir lors des moments difficiles. Sabrina fait découvrir à Elise un nouveau monde – le monde de la danse contemporaine.

La danse est représentée dans toute sa diversité: la légèreté du ballet et l'énergie des productions contemporaines, leur complémentarité. Bien sûr, il y a l’amour, des acteurs impressionnants et de la musique magnifique.

Comment c'est, repartir à zéro?

Jeudi 22 février à 18h30

en français sous-titré en russe

participer

 

Une jeune fille qui va bien, 2021, 98 min.

Réalisé par Sandrine Kiberlain

Avec Rebecca MarderAndré Marcon, Anthony Bajon

Ce film, réalisé par l'actrice Sandrine Kiberlain, a été présenté en Séance Spéciale à la Semaine de la Critique du Festival de Cannes 2021.

Pensionnaire depuis 2015 de la Comédie Française, Rebecca Marder tient ici son premier grand rôle au cinéma. On avait pu la croiser auparavant dans La DaronneUn homme pressé et Seize Printemps, réalisé par Suzanne Lindon, qui n’est autre que la fille de Sandrine Kiberlain. Selon la réalisatrice, c'est pendant le casting que l'actrice s'est démarquée d’autres candidats pour le rôle: "Rebecca est entrée dans le bureau avec sa gracieuse maladresse, sans poser du tout.... le mélange d'humour et de sérieux que je cherchais pour le personnage : après elle, il n'était plus nécessaire de continuer le casting pour le rôle d'Irene.»

Le personnage principal est Irène, une jeune fille juive de 19 ans qui se réjouit de chaque nouveau jour. Dans sa vie, le travail intéressant, le premier amour, des amis – tout cela dans le contexte de Paris occupé. Mais selon Sandrine Kiberlain «...je devais trouver le bon angle. Je me suis souvenue de l'effet que deux histoires avaient sur moi. Celle dont ma grand-mère m'a parlé et le Journal d'Anne Frank». Paris de Sandrine Kiberlain n'a pas de réalité militaire et elle le fait consciemment, cherchant à «libérer» l'héroïne pour rendre son histoire intemporelle. Le regard intéressant.

Jeudi 4 avril à 18h30

en français sous-titré en russe

 

Les Promesses, 2021, 98 min.

Réalisé par Thomas Kruithof

Avec Isabelle Huppert, Reda Kateb

Le personnage principal, interprété par Isabelle Huppert, est le maire de la banlieue parisienne. Les élections s’approchant, ses "Promesses" concernent l’obtention d’une subvention pour la rénovation du quartier des Bernardins, une cité minée par l’insalubrité et les "marchands de sommeil". Mais quand Clémence est approchée pour devenir ministre, son ambition peut remettre en cause tous ses plans. La fonctionnaire tiendra-t-elle ses promesses?

Toutefois le film n’a pas de touche politique - le spectateur ignore même à quel parti Clémence appartient. Thomas Kruithof a fait le choix de laisser de côté l'idéologie, en se concentrant sur les luttes quotidiennes des protagonistes: "... Je trouve plus intéressant de donner quelques pistes, à chacun de se faire son idée", précise le réalisateur. Les personnages du film sont à la fois ambigus et charismatiques. Le film est passionnant de la première à la dernière image.

Jeudi 18 avril à 18h30

en français sous-titré en français

 

Donne-moi des ailes, 2019, 113 min.

Réalisé par Nicolas Vanier

Avec Louis VazquezJean-Paul RouveMélanie Doutey

Encore le chef-d'œuvre de l'écrivain, réalisateur, scénariste et explorateur de la faune Nicolas Vanier, qui a réalisé des films tels que «Belle et Sébastien», «l'Odyssée sibérienne», «L’école buissonnière»....

Ce film franco-norvégien tiré du roman éponyme de Nicolas Vanier, est inspiré par la biographie de l'ornithologue Christian Moulec. L'adolescent Thomas préfère les jeux vidéos à la nature et s’est enfermé en lui après le divorce de ses parents. Il vient chez son père dans la réserve pour les vacances. Au début, il s'ennuie. Mais les oiseaux changent sa vie et il se rend compte qu'il y a des choses plus importantes que son propre confort. En montant dans le ciel à bord de l’ULM en guidant la meute d'oies, Thomas se rapproche de son père. Dans le film, il y a l'ironie, la mélancolie et, bien sûr, l'esprit de voyage dans la beauté fabuleuse de la nature.

L’excellent film pour toute la famille !